biennale internationale de casablanca.jpg

Le thème de cette 5ème édition de la Biennale se base sur une remarque de George Hallett, grande figure de la photographie sud-africaine, qui plaçait l’inspiration littéraire au cœur de sa pratique photographique. Christine Eyene se réfère aussi à une observation de Jacques Derrida, le philosophe français né en Algérie, durant son séminaire Trace et archive, image et art (2002) sur « l’idée de mot œuvrant comme image, au-delà même de ses propriétés discursives. ». Ce thème a donc invité les artistes à s'interroger sur le lien entre littératures africaines et processus créatifs et plus largement, sur la notion de communication abordée à travers ses moyens, méthodes, et supports : qu’il s’agisse d’oralité, d'écriture ou de code ; de transmission de récits coutumiers, historiques ou contemporains ; d’espaces discursifs et de marges d’expression.

 

Une plateforme d’échanges artistiques ouverte et inclusive

Parmi les œuvres présentées, certaines ont été créées spécialement pour la Biennale Internationale de Casablanca et réalisées au Maroc, à la résidence d’artistes Ifitry, partenaire de la Biennale, et à Casablanca. Il s’agit notamment des nouvelles œuvres de Kyoo Choix, Sharlene Khan et Khadija Tnana.

 

Chaque site de la Biennale est conçu à la fois comme lieu d’exposition et espace de dialogue entre les artistes et le public, renforçant ainsi la dynamique initiée lors des précédentes éditions visant à positionner Casablanca comme plateforme d’échanges artistiques inscrite dans son contexte local et ouverte sur le monde. Le développement de partenariats internationaux, mais aussi nationaux et surtout locaux participe en effet à faire de la BIC un espace largement ouvert et inclusif, pouvant bénéficier à la scène artistique et à la société casablancaise et marocaine.

 

Une première collaboration avec Montpellier Contemporain-MO.CO.

Suite au partenariat entre la Biennale Internationale de Casablanca et Montpellier Contemporain–MO.CO., six lauréats de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier seront en résidence à Casablanca, durant la biennale, dans le cadre du programme international de résidence et de recherche Saison 6 Volume 2. La ville blanche est la dernière étape de ce programme débuté à la Biennale de Venise et poursuivi à la Documenta 15 de Kassel. À Casablanca, comme pour chacune de leur résidence, le séjour des lauréats est divisé en deux séquences : un premier temps d’immersion professionnelle lors de la préparation de la biennale (travail avec les artistes, les curateurs et l’équipe organisatrice de l’événement), puis un second temps permettant l’élaboration d’un projet d’exposition. Les six artistes résidents profitent ainsi du contexte spécifique de chaque ville et de chaque événement pour développer une réflexion et des échanges avec le réseau rencontré pendant le séjour.

 

 

Lieux d’exposition et artistes présentés du 17 novembre au 17 décembre

American Arts Center

SoArt Gallery

Bic Project Space

Actualités
Capture d’écran 2021-10-21 à 09.27.43.png
Portfolios web.jpg

Lectures de Portfolios

14 jiul. 2022

Capture d’écran 2021-10-21 à 09.27.43.png
Capture d’écran 2021-10-21 à 09.27.43.png
CENTRE ART ESSAOUIRA et Ifitry .JPG

 

Résidence IFITRY

 

Le programme de résidence de la Biennale Internationale de Casablanca est repoussé à l'été 2022.

Nos Projets
Ifitry.jpg

Résidence IFITRY

exh view10.jpg

BiC Project Space

À suivre sur Instagram
Abonnez-vous à notre newsletter.
Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail pour recevoir nos actualités.